15 juin 2020
Topic: Lettres hébraiques
All Ouvrages »

-2- BEITH, la Demeure éternelle

Objet de toutes les quêtes, splendeur de toutes les splendeurs, quel que soit le nom qu’on lui donne, Beith est la Maison originelle, le berceau de notre âme. Elle est la substance même de la Mère divine, la trame qui soutient les univers et les mondes. Elle est aujourd’hui la Terre Nouvelle, la Demeure de l’Homme Nouveau. Dans sa Présence, nous sommes chez nous sur cette planète, dans un corps physique en parfaite harmonie avec le corps de Lumière.

Beith dans le tirage nous transmet un magnifique message. Le but de notre quête est proche. Elle nous invite à regarder une situation avec l’œil de l’Intelligence Binah), qui ne se laisse pas tromper par les apparences. Elle nous hausse dans la conscience souveraine de l’Unité.

Egalement, sur un plan plus « matériel », elle peut attirer notre attention sur le lieu où nous résidons, ou que nous prévoyons d’habiter. Nous devons l’aimer, le respecter, peut-être changer notre façon d’y vivre, et même l’identifier à la beauté de Beith.

Beith est la claire lumière qui remplit toute chose, de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Celui qui est revenu chez lui ne craint plus rien, car plus rien n’est  » extérieur « , séparé de lui. Il peut goûter aux Noces Mystiques, et connaître l’eucharistie de l’ère nouvelle, où le corps lui-même est Pain de Vie animé par le Sang Lumière.

Beith régit la planète Saturne. En effet le temps est aussi notre demeure dans l’incarnation, offert à notre libre arbitre. Cette Lettre extraordinaire est une clef précieuse pour le transcender et goûter la paix rayonnante de l’éternel présent.

Beith est l’initiale du mot « Baroukh », utilisé pour bénir ( Baraka : bénédiction ). Elle est la Lettre choisie par l’Éternel pour présider à la création du monde. Cela signifie que nous sommes tous bénis, quels que soient nos choix ou nos erreurs, car nous sommes les enfants de Aleph-Beith, le Père-Mère.

Nous portons tous sur notre front la marque invisible de cette bénédiction sacrée.

La question de Beith :

« Âme de lumière, te souviens-tu que tu es mon Enfant ? Te souviens-tu de la Demeure de Soleil qui est la substance même de ta Réalité ? En ressens-tu la nostalgie ? Réjouis-toi, bien-aimé, car aujourd’hui Je viens à toi. En fait, Je suis là et tu es en Moi depuis toujours, mais une partie de toi m’avait oubliée, et souffrait cruellement de l’exil.

Veux-tu revenir totalement en Moi, et vivre la plénitude de notre communion ? Tu le peux. Prononces à voix haute ton Intention, regarde-moi et fais un pas en avant. Plonge dans le poudroiement d’or de la spirale tourbillonnante en mon Cœur, dans mon rayonnement bleu azur de l’infini de mon Ciel.

Je suis là. Ecoute ma voix qui te parle au creux de la Terre vivante. Je suis dans la nature généreuse, mais aussi dans le béton des villes. Je suis l’endroit où tu habites. Aime-le, qu’il soit un palais ou une humble chambre transitoire. Appelle ma lumière en lui, afin que Je le remplisse. Respecte-le,et souviens-toi que tu es en Moi : partout tu es chez toi.

Ne t’attache pas à un lieu déterminé, ne t’attache pas à rien ni personne. Laisse mon amour te remplir et déborder de ta Coupe. La Terre, l’Univers entier est ta Demeure, ô mon Enfant. Uni à Moi tu es libre. Dans la danse d’amour du temps et de l’espace, les limites s’effacent et révèlent l’éternité de son Être.«